ABONNEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Pierre, psychologue à Médecins du Monde - Montréal

Pierre, psychologue à Médecins du Monde - Montréal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Médecins du Monde Canada propose depuis 2016 une communauté d’apprentissage en santé mentale et itinérance (CASMI) avec comme objectif de venir en aide aux personnes en situation d’itinérance, mais aussi aux personnes intervenantes qui les accompagnent et qui ont également besoin d’aide, d’écoute et d’échanges sur leurs pratiques.

 

 

Le soutien psychologique

Les services de soutien psychologique offerts par Médecins du Monde s’adressent autant aux personnes itinérantes ou à risque de le devenir qu’aux intervenants de première ligne (dans une logique de renforcement des capacités individuelles et collectives) et aux personnes migrantes à statut précaire.

En moyenne, ce sont 19 équipes de travail et 102 intervenants qui sont rencontrés chaque mois. Ce sont près de 30 équipes qui ont recours à ce service de manière mensuelle ou trimestrielle.

 

Soutien psychologique individuel pour les intervenants communautaires de 46 organismes en itinérance de Montréal

Notre équipe compte 6 psychologues qui offrent un soutien psychologique à moindre coût (20 $ la séance, MdM assumant la différence, de même que les frais de bureau et autres). Cette année, 48 personnes ont pu bénéficier du suivi psychologique pour un total de 506 séances. Le taux d’annulation est de 11 %, ce qui est comparable aux services de psychothérapie privée ou du RSSS.

 

Soutien individuel pour les personnes migrantes à statut précaire

Nous avons choisi d’offrir un soutien psychologique gratuit aux MSP, qui sont particulièrement vulnérables sur le plan psychologique. Cette année, 11  personnes ont reçu un soutien pour un total de 122 rendez-vous.

Les personnes en situation d’itinérance ou de désaffiliation présentent communément des difficultés multiples, des conduites addictives ainsi qu’une désorganisation psychique importante. Pourtant, très peu de services en santé mentale sont adaptés à leurs réalités et besoins ou leur sont accessibles. Depuis 2015, Médecins du Monde offre des services de soutien psychologique aux personnes désaffiliées, en collaboration avec différents organismes partenaires. En 2017-2018, 67 personnes ont bénéficié d’un suivi psychologique.

 

Vidéo – Soutien pour les intervenants

 

Vidéo – Soutien pour les personnes en situation d’itinérance

 

 

 

Témoignages

Dr Louis-Christophe Juteau, bénévole à la Clinique mobile - Montréal

Cela prend une grande ouverture d'esprit pour faire du bénévolat à Médecins du Monde.

Valérie, bénévole à l'accueil des patients et à la clinique mobile - Montréal

J’ai décidé de faire du bénévolat à Médecins du Monde parce que j'ai eu envie d’aider

Martine, infirmière bénévole - Montréal

Pour faire du bénévolat, il faut une fibre humanitaire. C'est au Québec que j'ai voulu m'engager !

Janie, infirmière bénévole - Montréal

Je me sens très impliquée dans les questions d'accès à la santé ! C'est pourquoi je suis bénévole à Médecins du Monde

Martin, travailleur de rue à Rézo - Montréal

La clinique mobile a été marquante pour moi dans mon activité de travailleur de rue

Justine, infirmière à la clinique migrants - Montréal

L'organisme travaille vraiment fort pour qu'il y ait un changement social et ça c'est vraiment important pour moi

Pierre, psychologue à Médecins du Monde - Montréal

Mon travail, c'est d'aider les gens qui aident les gens

Valérie, responsable de l'hébergement - Maison Passages, Montréal

Le service de Médecins du Monde, c’est comme une soupape pour le trop plein d’émotions que nous vivons.

Isabelle Brault, Bénévole au triage - Montréal

Avoir accès aux patients dans une relation intime, qui se construit très vite, c’est ça qui me motive!

Julie, intervenante au volet logement - Maison Passages, Montréal

L'aide de groupe offert par Médecins du Monde, c'est un outil essentiel pour prendre du recul

Nadia, bénévole au conseil d'administration - Montréal

Être bénévole, ça a été quelque chose d'extrêmement important pour moi. Il faut pouvoir contribuer à la communauté.

Mathilde Grosjean, bénévole à l'accueil - Montréal

Ce qui me touche le plus dans mon bénévolat auprès de Médecins du monde, ce sont les rencontre avec les gens.

/