ABONNEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Justine, infirmière à la clinique migrants - Montréal

Justine, infirmière à la clinique migrants - Montréal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Justine, peux tu nous parler de ton parcours ? 

Je n’ai pas toujours été infirmière, c’est venu plus tard dans ma vie. Mais mon intérêt pour les autres et mon envie de m’engager dans la société font que je me suis tournée vers ce métier. Au fil des années, je me suis rendue compte qu’il y avait des inégalités dans les soins offerts et que certaines personnes étaient plus vulnérables. Je voulais être là pour ces personnes! Je suis arrivée à Médecins du Monde et je suis vraiment contente parce que c’est une petite structure qui nous permet de mettre toutes nos compétences au service des gens.

 

Comment se déroule ton travail à Médecins du Monde ?

On travaille main dans la main avec les travailleuses sociales et les médecins, on est pas confiné à une description de tâche. On est sur le terrain, on identifie des problèmes et on apporte des solutions. L’organisme travaille vraiment fort pour qu’il y ait un changement social et ça c’est vraiment important pour moi. Ce qui me touche le plus, c’est que l’accès à la santé n’est pas acquis pour tous. Et je pense aux enfants qui sont nés ici au Québec mais qui ne peuvent pas se faire soigner parce qu’ils dépendent du statut migratoire de leurs parents. C’est injuste : un enfant c’est le futur, on doit s’en occuper!

 

En savoir plus sur la clinique pour migrants

Photo © Marion Quesneau

 

Témoignages

Janie, infirmière bénévole - Montréal

Je me sens très impliquée dans les questions d'accès à la santé ! C'est pourquoi je suis bénévole à Médecins du Monde

Isabelle Brault, Bénévole au triage - Montréal

Avoir accès aux patients dans une relation intime, qui se construit très vite, c’est ça qui me motive!

Julie, intervenante au volet logement - Maison Passages, Montréal

L'aide de groupe offert par Médecins du Monde, c'est un outil essentiel pour prendre du recul

Justine, infirmière à la clinique migrants - Montréal

L'organisme travaille vraiment fort pour qu'il y ait un changement social et ça c'est vraiment important pour moi

Martin, travailleur de rue à Rézo - Montréal

La clinique mobile a été marquante pour moi dans mon activité de travailleur de rue

Christina, bénévole au triage à Médecins du Monde - Montréal

Le bénévolat est très important pour moi: j'ai été infirmière bénévole mais aussi au triage de la Clinique des migrants.

Tina, responsable de la logistique et des bénévoles - Victoria, Colombie-Britannique

J’aime mon travail, et je me sens très chanceuse d’être au contact de bénévoles aussi motivés, compétents et passionnés!

Dr Louis-Christophe Juteau, bénévole à la Clinique mobile - Montréal

Cela prend une grande ouverture d'esprit pour faire du bénévolat à Médecins du Monde.

Isabelle Bruand, responsable du pôle crise Syrie - Irak

Isabelle Bruand est responsable du pôle crise Irak Syrie, basée en Jordanie pour Médecins du Monde.⁣

Nadia, bénévole au conseil d'administration - Montréal

Être bénévole, ça a été quelque chose d'extrêmement important pour moi. Il faut pouvoir contribuer à la communauté.

Valérie, responsable de l'hébergement - Maison Passages, Montréal

Le service de Médecins du Monde, c’est comme une soupape pour le trop plein d’émotions que nous vivons.

Marina Vidal Sardà, coordonnatrice de Médecins du Monde en Syrie

Marina est coordonnatrice de Médecins du Monde en Syrie.

Pierre, psychologue à Médecins du Monde - Montréal

Mon travail, c'est d'aider les gens qui aident les gens

Valérie, bénévole à l'accueil des patients et à la clinique mobile - Montréal

J’ai décidé de faire du bénévolat à Médecins du Monde parce que j'ai eu envie d’aider

Mathilde Grosjean, bénévole à l'accueil - Montréal

Ce qui me touche le plus dans mon bénévolat auprès de Médecins du monde, ce sont les rencontre avec les gens.

Jimmy, accompagnateur santé autochtone à Médecins du Monde

Un des rôles essentiels de ce travail, c’est celui de sensibiliser les services de santé pour éviter la stigmatisation.

Martine, infirmière bénévole - Montréal

Pour faire du bénévolat, il faut une fibre humanitaire. C'est au Québec que j'ai voulu m'engager !

/