ABONNEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

3 786

nouveaux cas de choléra observés en 2018 contre 13 681 en 2017

11,4%

des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique

4

femmes meurent chaque semaine des suites d'une grossesse ou d'un accouchement

La situation

Lutte contre le choléra

Depuis 2010, Médecins du Monde appuie les autorités sanitaires en Haïti dans leurs efforts pour l’élimination du choléra. Or depuis 2017, le nombre de cas de choléra a diminué grâce au travail efficace et coordonné entrepris avec les partenaires des secteurs de l’eau, de l’assainissement, de l’hygiène et de la santé pour la prévention de maladies. Des mesures ont été mises en place pour prendre en charge les cas suspects de choléra, mieux répondre aux alertes et effectuer une veille épidémiologique. Bien que l’épidémie ait été en partie contenue, le choléra reste encore aujourd’hui un problème majeur de santé publique, et on assiste à des flambées et à la persistance de foyers de contamination dans les régions de l’Ouest, du Centre , de l’Artibonite et du Nord-Ouest.

 

La santé des femmes, des enfants, des adolescentes et des adolescents

Haïti figure parmi les pays détenant le taux de mortalité maternelle le plus élevé du continent américain. L’éloignement géographique des structures constitue l’une des principales causes de ce triste record : il faut en moyenne 3 heures aux femmes, sur des pistes dangereuses, pour atteindre un centre de santé. De plus, les femmes hésitent à se présenter dans les institutions de santé, car l’accueil et la prise en charge y sont souvent défaillants. Les femmes préfèrent alors avoir recours aux accoucheuses traditionnelles, qui sont proches de leur milieu de vie et offrent un service d’accompagnement à la naissance et après l’accouchement. Or, la prise en charge par les accoucheuses peut s’avérer insuffisante, surtout lorsqu’il s’agit de grossesses à risque ou en cas de complications.

 

Quatre femmes meurent chaque semaine des suites d’une grossesse ou d’un accouchement

Plus de 3 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque année, dont plus de 7 000 nouveau-nés, à la suite d’une naissance prématurée, d’un traumatisme ou d’une infection

La malnutrition chronique touche 11,4 % des enfants de moins de 5 ans

La mortalité infantile est douze fois plus élevée en Haïti qu’au Canada.

Femmes enfants 2
Femmes enfants
Famille cité Soleil
/

Notre action

 

Appuyer la lutte contre le choléra

Le réseau de Médecins du Monde lutte contre le choléra en Haïti depuis le début de l’épidémie en 2010. Nous sommes aujourd’hui la principale organisation qui appuie le ministère de la santé et les directions sanitaires pour la réponse aux flambées de choléra et dans la prévention de la maladie.

Nos actions : 

Prévention et prise en charge de qualité des cas de diarrhées aiguës
Amélioration du système de surveillance épidémiologique et d’alerte précoce aux flambées de choléra
Campagnes de promotion de la santé, de prévention et de sensibilisation aux maladies diarrhéiques

Nous intervenons dans les départements du Nord-Ouest du Sud et de la Grand’Anse, Bas Artibonite, Bas Plateau Central, zone métropolitaine et Les Palmes (département de l’Ouest).



Améliorer la santé sexuelle et reproductive et la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

Médecins du Monde intervient depuis 1998 dans le secteur de la santé sexuelle et reproductive en Haïti. Malgré les nombreuses améliorations atteintes dans ce secteur au fil des ans, d’importants défis restent à relever. En 2017, avec le soutien du Gouvernement du Canada, du Québec et de la Belgique ainsi que de nos nombreux donateurs, Médecins du Monde lance donc un nouveau programme pour réduire le taux de mortalité chez les mères et les enfants dans 4 départements (Nord-Ouest, l’Artibonite, l’Ouest et les Nippes) des 10 d’Haïti. Ce programme va bénéficier à plus de 230 000 personnes au cours des 3 prochaines années.

Les communes où nous opérons sont le Haut Nord-Ouest, le Bas Artibonite, la Commune de Cité Soleil (département de l’Ouest) et les Nippes. Elles ont été choisies en raison de leur isolement économique, social et géographique et leur accès difficile à des soins de santé et à des programmes de prévention.

Nos actions

Campagnes de sensibilisation sur les comportements sexuels à risque dans les écoles secondaires
Formation continue des professionnels de la santé
Création d’un dialogue entre les matrones et le personnel des établissements de santé pour favoriser le référencement des femmes enceintes vers les institutions.

 


 

La prévention et la prise en charge des maladies et de la malnutrition des enfants

Nous intervenons dans les régions du Haut Nord-Ouest, Bas Artibonite, commune de Cité Soleil. Notre action vise à la formation des sages-femmes, infirmières, auxiliaires et des autres membres du personnel soignant sur la nutrition des enfants. Nous apportons également un soutien pour la prise en charge des enfants malnutris par la distribution de rations sèches et par l’offre de forfaits aux familles afin d’assurer le suivi médical nécessaire pour le rétablissement de l’enfant.

 


 

La prévention et la prise en charge des violences basées sur le genre

Régions d’intervention : Haut Nord-Ouest, Bas Artibonite, Commune de Cité Soleil, Nippes. Nos actions :

Formation sur la prise en charge des femmes victimes de violences destinée au personnel de santé
Formation d’acteurs communautaires pour animer des séances de sensibilisation
Diffusion de matériel didactique et d’affiches nationales sur la violence faite aux femmes et aux filles
Suivi pour le recensement, avec les fiches nationales des cas de violences rapportés dans les institutions de santé

 


 

Sensibilisation sur les comportements sexuels à risque des adolescentes et des adolescents

 

Régions d’intervention : Petite-Rivière-de-Nippes

Le projet de sensibilisation sur les comportements sexuels à risque des adolescentes et des adolescents dans quatre écoles secondaires a pour objectif d’éviter les grossesses précoces – et indirectement, la déscolarisation des jeunes filles – ainsi que les infections transmises sexuellement et par le sang. Il s’agit de sensibiliser par et pour les élèves.

Les mieux placés pour promouvoir des comportements sexuels responsables auprès des jeunes sont les jeunes eux-mêmes! Une cinquantaine de jeunes ont été identifiés pour être les premiers ambassadeurs auprès de leurs pairs. Ils sont formés, puis cinquante autres élèves désireux de prendre part au projet sont identifiés.

Supervisés par l’équipe de Médecins du Monde, les jeunes s’approprient le contenu de la formation et le traduisent dans leur propre langage. Groupes de discussion, sketchs, jeux de rôle : ils ont carte blanche sur la façon de communiquer les messages à leurs pairs. L’équipe reste disponible pour faire des suivis personnalisés avec les élèves qui en ressentiraient le besoin après les séances en petits groupes.

Résultat : 228 élèves ont été sensibilisés, et une vingtaine d’entre eux ont été référés et accompagnés dans le circuit de santé existant pour des complications post-avortement clandestin ou des infections transmises sexuellement et par le sang.

Sur le terrain, les jeunes aussi peuvent avoir besoin de soins. Médecins du Monde les réfèrent pour des examens médicaux. Parfois les installations sanitaires existantes ne disposent pas toujours des ressources pour les accueillir et les soigner convenablement. Aussi, leurs enseignants ou leurs parents sont eux-mêmes peu sensibilisés, ils représentent souvent des freins à l’accès aux soins.

Notre impact

Entre 2018 et 2019
  • 710
    enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition guéris grâce à leur prise en charge dans des programmes nutritionnels

  • 98 011
    personnes sensibilisées à l’importance de prévenir les maladies diarrhéiques et à la reconnaissance des signes du choléra

  • 5 729
    consultations prénatales et 3 652 consultations postnatales
  • 587
    cas de choléra pris en charge dans les Centres de traitement des diarrhées aiguës

     

Nos partenaires

/

Votre soutien

Partager

S'informer

Aller plus loin

Rohinghyas.Reuters.Cathal.McNaughton 150px
Birmanie

Il faut répondre aux besoins urgents des réfugiés Rohingya

Aller sur le projet
Soutien santé mentale_150x150

Soutien santé mentale

Aller sur le projet
20160930-Syrie-Bombardement-Hopital-Femme-Alep©Reuters

Syrie

Aller sur le projet