ABONNEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Clinique mobile Montréal

39 ans

espérance de vie des personnes itinérantes au Canada

+ de 3000

personnes vivent en état d’itinérance chronique à Montréal

10%

des personnes itinérantes sont autochtones

La situation

Au Canada, il n’existe pas de statistiques fiables sur l’ampleur de la population des itinérants.
Le Secrétariat national du Canada pour les sans-abris estime que ce problème touche environ 150 000 personnes, mais d’autres sources parlent de près de 300 000.

Les raisons qui mènent à l’itinérance sont multiples et différentes pour chaque personne. Par contre toutes ces personnes ont en commun d’être oubliées, ignorées, abandonnées ou exclues de la société. Ébranlées par leur trajectoire de vie elles n’ont pas l’instinct, le réflexe, la confiance ou la volonté de se rendre vers les services de santé.

Ce sont des jeunes de la rue, des personnes itinérantes ou à risque de le devenir, des personnes qui utilisent des drogues par injections ou inhalation, des travailleurs ou travailleuses du sexe, des autochtones déracinés. Elles ont toutes un passé différent, souvent difficile, fait de dépendance, de violence, d’itinérance, de solitude, de déracinement.

 

  

Notre action

Depuis 1999, les infirmières de proximité de Médecins du Monde travaillent à Montréal en partenariat avec les organismes communautaires œuvrant en itinérance afin de rejoindre les personnes en difficulté là où elles se trouvent.

 

Depuis 2014, elles soignent ces personnes à bord de la Clinique mobile de Médecins du Monde. C’est est un outil novateur permettant de rejoindre les personnes en situation d’itinérance. Les équipes de Médecins du Monde vont à leur rencontre, là où elles vivent : dans la rue, dans les parcs, dans les refuges ou dans des lieux isolés. Compte tenu de l’étendue du territoire et, surtout, des conditions climatiques rudes de l’hiver, la Clinique mobile permet d’aller au-devant de ces personnes et de leur offrir, grâce à un espace privé, à l’abri des regards, des soins intimes et sécuritaires dans le respect de leur dignité.

 

  

Les personnes que nous rencontrons ne fréquentent pas le Réseau de la santé et des services de santé (RSSS).  Ceci est particulièrement le cas pour les Premières Nations et les Inuit en milieu urbain qui tendent à moins fréquenter les structures étatiques qu’ils considèrent ne pas être adaptées à la réalité autochtone et qui s’avèrent souvent pas accueillantes pour les personnes marginalisées.  En grande partie, ces personnes sont aux prises avec des problèmes de consommation abusive de drogues et d’alcool, des problèmes de santé dus à leur mode de vie dans la rue ou des problèmes de santé mentale, et elles adoptent souvent des comportements à risque en matière de transmission des infections transmissibles sexuellement et par le sang.

 

La Clinique mobile permet d’établir un pont entre les personnes complètement désaffiliées et le RSSS. En effet, l’objectif demeure de rejoindre les personnes qui auraient besoin de soins de santé dans des quartiers où les équipes de proximité des CIUSSS ne sont pas déployées. De plus, nos efforts combinés à ceux des intervenants communautaires en itinérance de même qu’à ceux des différentes équipes du RSSS permettent aux personnes qui auraient besoin d’une prise en charge médicale et sociale de réintégrer le système de santé publique.

 

Les salariés et les bénévoles de la Clinique mobile de Médecins du Monde côtoient quotidiennement des personnes en situation d’itinérance. Ces dernières viennent à la Clinique mobile pour faire soigner leur corps, dont les meurtrissures sont souvent le reflet de leurs souffrances intérieures. Aller à la rencontre de ces personnes, c’est aussi avoir le privilège d’entendre les histoires qui les ont faites et défaites, de comprendre ces besoins qui dépassent ceux du corps et qui ne trouvent pas toujours d’espace pour être pris en compte. Ces personnes ne sont toutefois pas faites que de blessures, de difficultés et d’itinérance ; elles sont aussi empreintes de rêves et d’aspirations.

 

 

La première ligne avant la première ligne

Ce travail de proximité permet aussi d’établir un lien entre ces personnes et le système de santé publique. Médecins du Monde soigne sans jugement et respecte le choix de ces personnes, sans les contraindre. Nous travaillons à faire le pont entre les personnes marginalisées et le RSSS. Cette année 418 personnes ont été référées vers les services publics de santé et les services sociaux. Nos statistiques de fréquentation de la Clinique mobile démontrent bien que notre approche de première ligne est cohérente avec l’objectif consistant à orienter les personnes vers le RSSS.

Pour voir tous les chiffres de la Clinique mobile, lisez notre rapport d’activité.

 

Au printemps 2018, nous avons déployé une Clinique mobile à Victoria, en Colombie-Britannique. En savoir plus.

 

Notre impact

Depuis 1999, nous avons  :
  • DIRIGÉ PLUS DE
    4000 PERSONNES
    DANS LE SYSTÈME DE SANTÉ PUBLIQUE
  • EFFECTUÉ PLUS DE
    15 000 
    DÉPISTAGES DE VIH, HÉPATITES ET AUTRES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES
  • ADMINISTRÉ PLUS DE
    4000 
    VACCINS CONTRE L’HÉPATITE A ET B
  • OFFERT PLUS DE
    35 000 
    SOINS ET CONSEILS MÉDICAUX
Au cours de l’année 2018-2019 :
  • 1817
    PERSONNES ONT ÉTÉ EN CONTACT AVEC LA CLINIQUE MOBILE
  • 1028
    consultations avec une infirmière de Médecins du Monde ont été réalisées
  • 564
    personnes différentes, dont 186 étaient des personnes Inuit ou issues des Premières Nations, sont venues consulter
  • 44
    personnes ayant consulté étaient migrantes avec un statut précaire d’immigration
  • 75
    consultations avec un médecin ont été réalisées

 

 

Nos partenaires

Votre soutien

Partager

S'informer

Aller plus loin

_DSC5040 -150x150
Haiti

Des femmes et des enfants en danger en Haïti

Aller sur le projet
161206PAP0458 (1)

Haïti

Aller sur le projet
Soutien santé mentale_150x150

Soutien santé mentale

Aller sur le projet