ABONNEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

S'en prendre à des personnes fuyant la guerre remet en cause le principe même d'humanité

Montréal, le 10 mars 2020 – Depuis la décision de la Turquie fin février d’ouvrir ses frontières, qui pourrait potentiellement permettre aux 4.1 millions de demandeurs d’asile et réfugiés vivant en Turquie de se rendre en Europe, le continent s’est montré sous son plus mauvais jour dans la gestion de cette situation. À l’heure où près d’un million de personnes fuient les bombes dans le nord-ouest de la Syrie, les autorités turques se servent de ceux qui souffrent pour faire pression sur l’Union européenne. En réponse, les autorités grecques annulent illégalement le droit d’asile et l’Union européenne autorise la violation de traités internationaux qu’elle est censée garantir.

  • Médecins du Monde, présent en Grèce et en Turquie, dénonce la présence militaire autour des demandeurs d’asile et réfugiés qui tentent de rejoindre la Grèce ainsi que les attaques qu’ils subissent et la surpopulation dans les centres d’accueil des îles grecques.
  • Dans certaines villes turques où se trouvent les demandeurs d’asile et les réfugiés, l’eau, la nourriture et les services de santé ne leurs sont pas accessibles et les enfants, notamment, se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité.
  • Nous nous alarmons également du harcèlement subi actuellement par les organisations humanitaires en Grèce.

 

UNE DÉCISION INHUMAINE

La décision du gouvernement grec de suspendre le droit d’asile est inhumaine et illégale. Elle met en danger des vies humaines et devrait exposer le pays à des condamnations internationales. La loi sur les procédures d’octroi d’asile votée par la Grèce le 31 octobre 2019 facilite l’expulsion des demandeurs d’asile, soit vers leur pays d’origine, soit vers le pays d’entrée sur le territoire européen, ce qui est contraire au droit fondamental à l’asile prévu dans la Convention de Genève de 1951. « Cette loi doit être retirée immédiatement. Nous devons cesser de renvoyer des personnes vers des endroits où leurs vies sont en danger », déclare Eugenia Thanou, directrice générale de Médecins du Monde en Grèce.

 

La plupart des personnes piégées aux frontières de l’Europe viennent du nord de la Syrie, qui a été le plus durement touché par la recrudescence du conflit, mais des demandeurs d’asile d’autres pays – tels que la Somalie, le Soudan, l’Afghanistan ou l’Iran – arrivent également sur la côte méditerranéenne. Pour eux, la vie en Turquie est souvent difficile, avec des restrictions imposées sur les possibilités de travailler ou de se déplacer, des contrôles systématiques et répétés, et un manque d’accès important à des services essentiels.

 

UNE MONTÉE INQUIÉTANTE DE L’EXTRÉMISME

En Grèce, le comportement violent et haineux observé de la part de certaines parties de la population, de l’armée et de la police à l’encontre des demandeurs d’asiles, des réfugiés et des organisations humanitaires est très alarmant. « Alimenter la suspicion et répandre la haine contre les initiatives de solidarité est irresponsable et dangereux », signale Thanou.

La réaction de la Grèce et la rhétorique du « bouclier » maintenue par la Commission européenne n’aide pas dans ce contexte, et affecte gravement non seulement ceux qui sont victimes de harcèlement et de persécution, mais aussi la société dans son ensemble. Il faudrait plutôt mettre en place des mécanismes urgents, équitables et rationnels pour relocaliser dans d’autres pays de l’UE les demandeurs d’asile qui se trouvent bloqués en Grèce.

« La situation rapportée par nos collègues en Grèce est extrêmement préoccupante. Ce ne sont pas seulement des bateaux qui coulent, mais bien le concept même d’humanité », s’inquiète Nadja Pollaert, directrice générale de Médecins du Monde au Canada.

 

RÉPONDRE AUX BESOINS VITAUX DES PERSONNES MIGRANTES

En attendant, il est urgent de répondre aux besoins humanitaires tant de ceux qui arrivent au large des côtes grecques que de ceux qui demeurent dans les centres surpeuplés des îles. Médecins du Monde, qui travaille actuellement dans la municipalité de Lesbos afin d’améliorer l’accès aux soins de santé primaires et aux services de soutien psychosocial pour les réfugiés et les demandeurs d’asile, est témoin au quotidien des conditions inacceptables dans lesquelles vivent des centaines de milliers de personnes. Le désencombrement de ces centres par la relocalisation des demandeurs d’asile dans d’autres pays européens doit donc être une priorité, surtout dans le cas des mineurs.

La situation est aussi désastreuse dans les régions de Turquie proches de la frontière grecque, comme Edirne, où les réfugiés dorment dans la rue, sans aucune mesure de protection. Dans les installations provisoires et précaires, il n’y a aucun service de santé, ni à l’eau potable et à la nourriture. Les besoins humanitaires et sanitaires sont urgents, particulièrement en ce qui concerne les enfants.

 

À propos des activités de Médecins du Monde en Grèce

 À Lesbos, Médecins du Monde s’efforce actuellement d’améliorer l’accès à un ensemble complet de soins de santé primaires et de services de soutien psychosocial pour les réfugiés et les demandeurs d’asile résidant à Lesbos. Ceci sera réalisé grâce à la mise en place d’une clinique de soins de santé primaires au sein du centre d’hospitalité de la municipalité de Lesbos situé à Mavrovouni/Kara Tepe (KT). La capacité d’accueil globale du site est de 1 300 personnes concernées. Le projet vise à maintenir la qualité des services déjà fournis par MdM-Grèce au sein du centre hospitalier de Kara Tepe, les besoins de la population restant élevés. La priorité est donnée aux familles vulnérables ou ayant des besoins spécifiques.

Au cours des derniers mois, une équipe d’urgence a également été déployée à Sikaminia afin d’offrir une assistance aux nouveaux arrivants (c’est-à-dire avant les récents développements, comme la décision du gouvernement sur la fermeture de la frontière). A Evros, l’organisation a développé une mission d’évaluation rapide le 4 mars 2020 afin de vérifier les besoins des personnes restant dans le no man’s land. Nous continuons à suivre la situation sur le terrain grâce à notre bureau de Thessalonique et à notre coopération avec d’autres organisations.

 

À propos de Médecins du Monde Canada

Médecins du Monde est un mouvement international de volontaires travaillant au niveau national et international. Au moyen de programmes médicaux innovants et du plaidoyer fondé sur des faits, nous donnons aux personnes et aux communautés exclues la capacité́ d’agir pour exiger leur droit à la santé tout en nous battant pour un accès à la santé universel.

 

-30-

 

Renseignements :

Nadja Pollaert
Directrice générale, Médecins du Monde Canada

nadja.pollaert@medecinsdumonde.ca
514-462-2577

Publié le 10/03/2020

Partager

Aller plus loin

.
Communiqué de presse

Attentat au Mali – Une insécurité grandissante

Lire l'actualité
Sans titre-8
Action internationale

Lire l'actualité
IRAK KALATA FARAHN MEDECINS DU MONDE

Conférence - Kurdistan irakien: Après la terreur et la fuite, les perspectives d’avenir

Lire l'actualité