ABONNEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

La santé des personnes migrantes : une crise de santé publique au sein d’une crise migratoire

Communiqué de presse

 

Conférence internationale des donateurs en solidarité avec les réfugié.e.s et les migrant.e.s vénézuélien.ne.s

Montréal, le 16 juin 2021 Le 17 juin aura lieu la seconde conférence internationale des donateurs en solidarité avec les réfugié.e.s et les migrant.e.s vénézuélien.ne.s au Canada. À cette occasion et dans ce contexte de pandémie mondiale, Médecins du Monde appelle la communauté internationale et les gouvernements concernés à redoubler d’efforts pour garantir un accès effectif aux services de santé pour les personnes migrantes, quel que soit leur statut administratif.

Aujourd’hui, on estime que plus de 5 millions de personnes ont quitté le Venezuela en raison de la situation complexe que connaît le pays. La Colombie est le pays de la région qui accueille le plus grand nombre de personnes, atteignant 1,7 million de personnes. Selon une enquête menée par Médecins du Monde auprès des « caminantes »[1] se rendant en Équateur entre mars et mai 2021, 84% d’entre elles sont entrées en Colombie par voies illégales.

Le ministère colombien de la santé et les prestataires de services de santé ont redoublé d’efforts ces dernières années pour fournir des soins de santé aux personnes migrantes, principalement dans les hôpitaux. Cependant, avec l’arrivée de la pandémie, les services de santé ont fonctionné à la limite de leurs capacités, ce qui a inévitablement réduit de manière significative l’accès aux soins médicaux pour les personnes migrantes, en particulier pour celles et ceux qui ne bénéficient pas de couverture maladie et qui se trouvent dans une situation d’extrême vulnérabilité depuis le début de la pandémie, tant d’un point de vue sanitaire que sur des plans sociaux et économiques.

Pourtant, ce public est particulièrement fragile et souffre de pathologies souvent liées à un parcours migratoire éprouvant : infections respiratoires, hypertension artérielle, asthme, diabète, ainsi que des difficultés d’accès aux services de santé sexuelle et reproductive, notamment les contrôles prénataux.  La santé mentale est aussi un facteur alarmant. 38% des personnes en transit ont signalé aux équipes de Médecins du Monde des sentiments de tristesse et/ou d’angoisse. La grande majorité des personnes ont déclaré ne pas avoir reçu de soins psychologiques et 33% ont déclaré avoir subi des agressions et 31% des discriminations.

Face à cette crise sanitaire inédite et dans le cadre de la IIe Conférence internationale des donateurs solidaires avec les réfugiés et les  migrants vénézueliens, Médecins du Monde interpelle le gouvernement colombien, le gouvernement du Canada, le gouvernement de la France, l’Union européenne, la Banque interaméricaine de développement, l’Organisation mondiale de la santé (OMS),– l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et d’autres agences des Nations Unies, ainsi que la communauté internationale à accroître les efforts et les ressources disponibles dans la réponse sanitaire au phénomène des flux migratoires en provenance du Venezuela.

« La communauté internationale et les donateurs doivent augmenter les fonds et les ressources allouées au secteur de la santé. Cependant, les besoins ne sont pas uniquement financiers », commente Nicolas Dotta, chef de mission à Médecins du Monde en Colombie. « Il est nécessaire d’accélérer et favoriser l’affiliation des personnes migrantes au système de santé colombien pour leur permettre un accès effectif et complet aux services de santé. En ces temps de crises, il est urgent de garantir un accès à la vaccination contre le Covid-19 pour les personnes en situation irrégulière via le soutien à l’initiative COVAX », précise-t-il.

Cette situation extraordinaire exige des efforts accrus de la part de toutes les parties prenantes pour garantir l’accès des personnes migrantes aux services de soins de santé et pour protéger leur droit à la santé en œuvrant à l’amélioration de leurs conditions de vie.

 

Contact médias :

Mélissa Cabana
Conseillère principale aux communications
melissa.cabana@medecinsdumonde.ca

Cell. : 514 799-8985

[1] En Colombie, on les appelle les “caminantes” les millions de “marcheurs”, femmes, hommes et enfants, qui fuient à pied la crise au Venezuela.

 

 

Publié le 15/06/2021

Partager

Aller plus loin

Gala_150x150
Article

Le 21e Gala Bénéfice de Médecins du Monde : Un beau succès

Lire l'actualité
MdM-Cité-Soleil-109 - copie 2
Article

Lire l'actualité
VISUEL CARRÉ TCRI
Article

Lire l'actualité