ABONNEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Clinique pour les personnes migrantes à statut précaire

11 500

personnes ont bénéficié des services et activités de Médecins du Monde depuis 2011

85%

des personnes qui sont venues en consultation à la Clinique ne bénéficiaient d’aucune couverture médicale

La situation

COVID-19 – RÉORGANISATION DES SERVICES EN VIGUEURPour plus d’information cliquez ici.

 


 

Au Canada il n’existe aucune statistique fiable sur le nombre de migrants.  Nombreux migrants sont en attente d’un statut depuis plusieurs années et pendant ce temps d’attente ils ne peuvent accéder aux services et aux soutiens gouvernementaux dans plusieurs provinces canadiennes.

À la suite de l’enquête européenne menée en 2005-2006 par le réseau international de Médecins du Monde sur la question des sans-papiers, Médecins du Monde Canada s’est intéressé à la question des migrants à Montréal.

En 2009, Médecins du Monde a effectué une enquête sur la situation des migrants à Montréal pour constater que des milliers d’hommes, femmes et enfants dont plusieurs nés au Canada n’ont pas accès aux soins de santé. Depuis l’automne 2011, une Clinique médicale générale de première ligne bénéficie du soutien et de la collaboration de nombreux médecins bénévoles. Ceux-ci accueillent, soignent et réfèrent, lorsque possible, les personnes migrantes dépourvues de couverture médicale. Cette approche de proximité permet d’atteindre ces personnes qui n’ont pas accès aux soins de santé.

Notre action

Médecins du Monde a ouvert en 2011 une clinique médicale pour les migrants à statut précaire qui opère grâce à de nombreux bénévoles notamment des médecins et des infirmières.

Cette Clinique soigne, réfère et oriente, lorsque possible, ces personnes vulnérables qui ne sont pas couvertes par la régie d’assurance maladie du Québec ni par le Programme fédéral de santé intérimaire (PFSI), et qui ne possèdent pas d’assurance privée, ni les moyens financiers pour accéder à des soins de santé.  Ces personnes sont pour la plupart en attente d’une régularisation de leur statut migratoire (demande humanitaire, parrainage, permis de travail ouvert, etc.).  La clinique destinée aux migrants représente alors la seule possibilité pour ces hommes, ces femmes et ces enfants de recevoir les soins de santé dont ils ont crucialement besoin.

Médecins du Monde offre des soins de santé primaires ainsi que des formations aux professionnels de la santé et au personnel administratif des milieux de soins pour les sensibiliser aux statuts migratoires des personnes qu’ils accueillent dans leur pratique au quotidien.

 

▶ Des objectifs en matière d’accès aux soins

• Participer au renforcement de l’accès aux soins pour les personnes migrantes dépourvues de couverture médicale
• Soutenir la création d’un mouvement social en faveur de l’accès aux soins pour les personnes migrantes à statut précaire
• Contribuer aux changements de politiques en matière d’accès aux soins et de droits pour les personnes migrantes à statut précaire

 

▶ Critères d’admissibilité à la Clinique de Médecins du Monde

• Être dépourvu de couverture de santé (Régie de l’assurance maladie du Québec, Programme fédéral de santé intérimaire ou assurances privées)
• Se trouver en situation socioéconomique précaire (incapacité à répondre à ses besoins de base, faible réseau de soutien, etc.)
• Ne pas effectuer de séjour touristique et désirer s’établir au Canada

Les défis : accès, précarité, éthique

Le parcours d’un patient chez Médecins du Monde est établi pour offrir une approche globale. En effet, il est essentiel d’agir en interdisciplinarité quand on intervient auprès d’une population en situation de vulnérabilité. Ainsi, chaque patient doit rencontrer
Une bénévole au triage, afin de faire vérifier son admissibilité
Une travailleuse sociale, afin de faire évaluer ses besoins et la possibilité de régularisation de son statut migratoire
Une infirmière, qui évalue son état de santé et finalement
Un médecin bénévole, lorsque la situation le nécessite.

 

 

Des barrières, telles que la langue, la méfiance ou encore les différences culturelles, peuvent entraver l’accès aux soins. Cependant, ce qui est intolérable pour MdM, ce sont les obstacles bureaucratiques empêchant l’accès aux diagnostics et aux traitements. S’ils n’ont pas de carte de la RAMQ, ces patients se voient facturer le double des prix établis par le ministère, sont souvent forcés de faire des dépôts de sommes faramineuses en argent comptant, ou se voient tout simplement refuser l’accès aux médecins et à la médication. Heureusement, le succès de la Clinique repose, entre autres, sur des partenariats qui suivent différents modèles. Certains offrent un nombre de consultations, d’autres un accès gratuit à certains examens ; parfois, ce sont des accès à prix réduit.

 

Dans ce contexte de ressources limitées, le travail au quotidien ressemble à une gymnastique constante. Les médecins doivent utiliser la symptomatologie et l’examen clinique comme méthodes diagnostiques primaires et, par la suite, se poser différentes questions : faut-il demander tel ou tel examen ? Qu’est-ce que cela apporte au diagnostic ? Est-ce que le traitement est accessible financièrement pour le patient ?

 

Notre impact

En 2019 et 2020 

 

  • 1513
    personnes se sont présentées à la Clinique pour les personnes migrantes à statut précaire
  • 1580
    consultations avec une infirmière ont été réalisées
  • 602 
    personnes ont consulté une infirmière à notre clinique
  • 449 
    consultations médicales avec un médecin bénévole de notre clinique ont été effectuées
  • 1130
    suivis sociaux ont été effectués

Nos partenaires

Votre soutien

Partager

S'informer

Aller plus loin

Czuko_Williams_MdM_Mozambique_Day5_Campo Jhon FOSegredo120 - FORMAT 150

Membre de la Coalition Humanitaire

Aller sur le projet
20160930-Syrie-Bombardement-Hopital-Femme-Alep©Reuters

Syrie

Aller sur le projet
_DSC5040 -150x150
Haiti

Des femmes et des enfants en danger en Haïti

Aller sur le projet