Médecins du Monde appelle le Canada à augmenter son engagement pour l’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile suite au décret américain anti-réfugiés

Read the statement in English here

Montréal, le 3 février 2017 – Le décret présidentiel des États-Unis interrompant la réinstallation des réfugiés contribuera directement à la détérioration des conditions de vie, de la santé et de la sécurité des réfugiés et des demandeurs d’asile bloqués dans les pays avoisinant les zones de crise et de conflit. Malheureusement, le décret américain n’est qu’un exemple, bien qu’extrême, de politiques migratoires restrictives qui infligent de graves conséquences humaines et médicales aux réfugiés et migrants. Médecins du Monde Canada, en tant que membre d’un réseau international, est un témoin direct des conséquences de ces politiques au Moyen-Orient et en Europe, mais également au Canada.

Au Liban, 71% des 1.5 millions de réfugiés Syriens vivent sous le seuil de la pauvreté. Cette vulnérabilité économique est un risque majeur pour la santé, les forçant à recourir à des mécanismes d’adaptation d’urgence, tels que des emplois à risque élevé, le travail des enfants et le mariage précoce. Les obstacles à l’accès aux soins de santé qu’ils rencontrent sont multiples, que ce soit à cause des coûts élevés des soins, des subventions limitées mais aussi des restrictions physiques et géographiques, de la discrimination ou de l’achalandage des services. Le résultat : 66% des ménages de réfugiés syriens au Liban considèrent qu’ils n’ont pas accès à des soins médicaux lorsqu’ils en ont besoin.

En Grèce, où Médecins du Monde fournit des services de santé dans de nombreux endroits, les centres d’accueil dans les îles grecques sont à 50% au-dessus de leur capacité. En Grèce continentale, 60 000 réfugiés sont forcés de rester pendant des mois dans des camps insalubres où les conditions de vie ardues les laissent exposés au froid extrême, aux infections respiratoires, aux épidémies et à de graves problèmes de santé mentale.

Au Canada, Médecins du Monde fournit des soins de santé aux personnes avec un statut migratoire précaire qui ne peuvent se payer des soins de santé privés. Parmi eux se trouvent des individus à risque, qui, en raison de l’Entente canado-américaine sur les tiers pays sûrs, ne peuvent faire de demande d’asile au Canada, car ils sont passés par les États-Unis en premier lieu. Ces personnes encourent un risque permanent d’être déportées vers leur pays d’origine, et vivent sans aucun droit. Les conséquences sur leur santé sont graves, particulièrement pour les femmes enceintes et les enfants, et comprennent des risques accrus de fausses couches, des accouchements dangereux et un manque d’accès à la vaccination pour les jeunes enfants.

Pour éviter davantage de morts et de souffrance, les États-Unis doivent immédiatement révoquer l’arrêt de leur programme de réinstallation des réfugiés. 4.9 millions de réfugiés syriens demeurent souvent dans des conditions critiques dans les pays voisins, parmi lesquels presque un demi-million vivent dans des camps. Sachant que l’année dernière 85 000 réfugiés ont été réinstallés aux États-Unis, l’arrêt des réinstallations aura de graves conséquences humanitaires et médicales pour des dizaines de milliers de réfugiés. De plus, cette position discriminatoire sur le droit d’asile est en violation de la Convention de Genève de 1951, et envoie un message contreproductif par rapport aux efforts de réinstallation de la communauté internationale.

Il y a également un besoin urgent que d’autres pays, tels que ceux de l’Union européenne, ainsi que l’Australie, et même le Canada, fassent preuve d’un réel engagement, et accélèrent leur admission de réfugiés. Ils doivent défendre les principes d’humanité et de solidarité, alors que les États-Unis font défaut à la communauté internationale et à l’esprit même de la Convention de Genève de 1951 déclarant que tout individu à risque devrait être en mesure de trouver un lieu de refuge sûr. Au-delà des paroles d’indignation, le temps est venu de traduire ces valeurs revendiquées en actions concrètes.

Nous, Médecins du Monde Canada, conjointement avec d’autres organisations canadiennes, demandons au gouvernement canadien de réagir aux restrictions américaines en augmentant ses objectifs de réinstallation des réfugiés et en ouvrant la voie à d’autres demandes de parrainage de réfugiés.

Nous demandons également au gouvernement canadien de proposer de réinstaller, à titre d’urgence, tous les réfugiés qui ont été autorisés à se réinstaller aux États-Unis.

Nous appelons également le gouvernement canadien à se retirer de l’Entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis.

A propos de Médecins du Monde

Médecins du Monde / Doctors of the World est un mouvement international de volon­taires travaillant au niveau national et inter­national. Au moyen de programmes médi­caux innovants et du plaidoyer fondé sur des faits, nous donnons aux personnes et com­munautés exclues la capacité d’agir pour exi­ger leur droit à la santé tout en nous battant pour un accès à la santé universel.

Contact

Katharina Bourgin – Chargée des projets spéciaux et des communications / Médecins du Monde Canada

kbourgin@medecinsdumonde.ca

Cellulaire : (514) 573-5484

Pas de commentaires possibles.